Méditerravenir

Pédagogie, information et dialogue entre le Sud et le Nord de la Méditerranée

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a lancé ce dimanche 13 Aout 2017, le débat sur le sujet délicat de l'égalité entre femmes et hommes en matière d'héritage, et l’interdiction d’une tunisienne d’épouser un non musulman ,jugeant que son pays se dirigeait inexorablement vers l'égalité "dans tous les domaines".

Le chef de l'Etat s'exprimait à l'occasion de la "Fête de la femme" en Tunisie, qui célèbre tous les 13 août la promulgation en 1956 du Code du statut personnel (CSP), un texte qui a accordé plusieurs droits aux femmes et aboli la polygamie et la répudiation.

La Tunisie est depuis considérée comme pionnière dans le monde arabe en matière de droits des femmes, même si ces dernières continuent d'hériter généralement uniquement de la moitié de ce qui revient aux hommes, comme le prévoit le Coran.

Le Président  a aussi annoncé avoir demandé au gouvernement de retirer une circulaire datant de 1973 et empêchant le mariage des Tunisiennes musulmanes avec des non-musulmans.

Ces réformes sont le fruit d’un long combat mené par les femmes en Tunisie

 L’égalité dans l’héritage et dans le mariage …..
Par cette égalité la Tunisie s’ancre plus dans sa modernité et donne l’exemple 

Fatima-Zohra  Malki -Bensoltane 
Présidente de Méditerravenir 
Membre fondateur et vice présidente  Fondation Dialogue sud-nord (Bruxelles)

Notre travail tend à mettre la lumière sur la réalité des échanges linguistiques qui se sont produits entre les deux rives de la Méditerranée au Moyen-âge, entre le monde arabo-musulman et l'Europe médiévale.

Notre démarche se veut rationnelle et non tendancieuse, basée sur des faits historiques avérés et reconnus de part et d'autre de la Méditerranée par les principaux protagonistes d'un échange socioculturel exceptionnel.

Ainsi, nous remonterons l'histoire des liens qui se sont tissés entre les deux rives de la Méditerranée, grâce notamment aux échanges commerciaux, à la religion, aux faits de guerres, aux relations diplomatiques et au transfert des cultures par le biais de la traduction qui a permis la transmission de l'héritage médiéval arabe aux prestigieuses écoles et centres de traduction espagnols, français et italiens au moyen-âge.

Pour lire l'intégralité de la communication,cliquez ici

 Couverture ouvrage Mme Riadh Zghal

Méditerravenir a le plaisir de compter parmi ses membres Mme Riadh Zghal, Professeur Emérite des universités tunisiennes, consultante et spécialiste des sciences de gestion et en sociologie. 

Elle a récemment publié aux éditions Sud un livre intitulé "Enseignement Supérieur en Tunisie - Quelle université pour quel développement ?"

Bonne lecture à tous !

Dimanche 14/02/2016 les membres de  l’association Méditerravenir ont participé avec l’Astarté-Club à une randonnée « Sur les pas de Saint-Augustin » qui a consisté à longer la rivière de Medjerda jusqu'à Bulla Regia un site archéologique important de la région du nord-ouest de la Tunisie. Saint-Augustin était l’un des quatre pères de l'église latine ayant des origines algériennes.

La participation à cette randonnée entre dans le cadre des missions de Méditerravenir qui sont celles du rapprochement et de l'échange entre les deux rives de la Méditerranée.

Sunday 14/02/2016   Members of the association of « Méditerravenir » participated with the « Astarté-Club » in a hike under the name of « On the steps of Saint Augustin » which consisted in following the Medjerda river till reaching Bulla Regia an important archeological site of the region of the northwest  of Tunisia. Saint-Augustin was one of the fourth fathers of the latin church having Algerian origins.

The participation in this hike enters within the framework of the missions of « Méditerravenir » which are the ones of the closeness and the exchange between both shores of the Mediterranean.

Cliquez ici pour une démonstration de solidarité avec la Tunisie...

Merci à Edgar pour cette belle initiative !

Ce matin, je sortais du bus. Je grelottais de froid et pourtant mon cœur brulait de chaleur. Les larmes de mes yeux n’étaient pas  dues aux températures glaciales mais à l’émotion.

Je venais de voir ces photos magnifiques remplies de lumière, de force, de noblesse, de dignité, de grande classe, et honorant cette jeunesse tunisienne qui n’en finit pas de montrer les possibles  de  «  forcer le destin à chaque carrefour ».

La veille, après le terrible attentat qui a fait 13 morts,  les Journées Cinématographiques de Carthage annonçaient qu’elles seront maintenues. Le plus ancien festival de cinéma d’Afrique narguait le terrorisme  par un « No pasaran » culturel. Au lendemain de cette journée funeste, une foule y répondait. A quelques pas du lieu de l’attentat, des gens faisaient la queue pour voir un film. Un magnifique bras d’honneur  aux terroristes.

Lire la suite...

 nobel« Contribuer au rapprochement des peuples », « Contribuer à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix ».

Ces critères d’attribution du Prix Nobel de la Paix, définis par son fondateur même, illustrent à quel point la paix est affaire de mobilisation et de volonté durables, à quel point le dialogue est la condition indispensable de la paix et du progrès

Vendredi 9 octobre 2015, le comité Nobel norvégien a décidé de récompenser le quartet menant le dialogue national en Tunisie, pour « sa contribution décisive dans la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie après la “révolution du jasmin” de 2011 ». Il est composé du syndicat UGTT (Union générale tunisienne du travail), de la fédération patronale Utica (Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat), de la Ligue tunisienne des droits de l’homme et de l’Ordre national des avocats. Le processus démocratique qu’ils ont porté a permis de désamorcer un conflit entre islamistes et anti-islamistes, qui menaçait de faire basculer le pays dans le chaos, il a facilité le dialogue national tunisien.
Il est légitime d’associer Chokri Belaïd et Haj Brahmi, assassinés pour avoir défendu la société civile, à l’hommage rendu par le Prix Nobel aux porteurs de dialogue tunisiens.

Lire la suite...

Méditerravenir : une initiative adaptée au contexte récent

  • Une forte emprise de l’espace Méditerranéen sur les pays de l’Europe et du Maghreb.
  • Nécessité de construire une relation préférentielle visant à agglomérer les complémentarités euro- méditerranéennes.
  • Un Maghreb historiquement tourné vers l’Europe autant que vers le Sud
  • Une Europe porteuse d’un projet de paix pour la région orientale.
  • Une Europe qui se colore et se diversifie par la richesse de ses populations, avec des enjeux de cohésion sociale.
  • Un Maghreb concerné par cette diversification, a travers une dimension de civilisation sujette à questionnements.

Les difficultés rencontrées lors du processus de Barcelone en 2004, où les gouvernements du Sud ont refusé de se reconnaître dans les problématiques proposées par les gouvernements du Nord et par la Politique Européenne de Voisinage (PEV), a souligné indirectement la nécessité

  • De mettre en avant les acteurs de la société civile et notamment les associations,
  • D’établir ce dialogue sur un plan d’égalité.

C’est pourquoi, parmi d’autres acteurs, le MEI –Mouvement Européen International -, avec le soutien de la Fondation Anna Lindh, de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie et des Comités locaux de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, a tenu en février 2006, pour la première fois hors Europe (à Alger), un congrès international sur le thème du dialogue Nord-Sud.
Créée en Avril 2006, Méditerravenir peut apparaître comme une conséquence du congrès d’Alger, dans la mesure où elle met en avant

  • la capacité des acteurs des sociétés civiles du Sud et du Nord à occuper une place de premier rang sur le sujet,
  • la nécessité d’un dialogue Sud-Sud renforcé.

Lire la suite...

La Méditerranée et l’avenir : les 2 raisons de la création de « Méditerravenir » sont directement évoquées dans notre nom. Créée en 2006enn France, et en 2012 en Tunisie, (de nouvelles créations de Méditerravenir sont prévues)

Méditerravenir est aujourd’hui présente sur les 2 rives de la Méditerranée.

Méditerravenir est un médiateur qui déploie une démarche de pédagogie et d’information : l’association promeut les études et expériences porteuses de progrès dans le dialogue entre le Sud et le Nord de la Méditerranée.
 Alors que de nombreuses structures et initiatives promeuvent un dialogue où le Nord remplit un rôle moteur, Méditerravenir est un des rares acteurs de la société civile centré sur un dialogue à égalité entre les 2 rives de la Méditerranée. C’est pourquoi, symboliquement, nous parlons de dialogue Sud-Nord. Il s’agit de :
◾Faire entendre la voix du Sud et faire connaître les compétences du Sud, afin de permettre au Nord et au Sud, des prises de décisions plus éclairées et conformes aux intérêts communs.
◾Faire entendre au Sud la voix du Nord, mais d’une manière nouvelle, par des acteurs de profils différents, animés par le même souci d’égalité et de reconnaissance réciproque.

Bureaux et représentations

Présidente de Méditerravenir 

 

Présidente de Méditerravenir (France et Tunisie) : Mme Fatima Zohra Malki Bensoltane ;

 

 

 

Formation

Licence droit privé et droit public (Oran) ; DEA Droit international (Sorbonne Paris 1) ; DESS Ingénierie de la formation (Villeneuve d’Asq).

Parcours 

Directrice d’administration centrale (Agence Tunisienne de la Formation) ;

Directrice nationale de la Formation féminine,

Conseillère de cabinet ministériel ;

Enseignante à l’Institut Supérieur de Gestion de Tunis ;

Consultante et chef de projets en développement des Ressources Humaines ;

Membre du réseau Maghtech (Maghreb technologie) ;

Ex-correspondante du Mouvement européen international ;

Membre et Vice-Présidente administrateur de la fondation belge Dialogue Sud-Nord.

 

Créée en 2006, en France puis en 2012 en Tunisie, Méditerravenir est aujourd’hui présente sur les 2 rives de la Méditerranée :

        Membres du Bureau Directeur :Membres du bureau directeur France

-       Frederic Benzimera, DG du cabinet Position Consult,

-       Catherine Cyrot, Consultante,

-       Jean-Marie Billard, 

 

Membres du bureau directeur Tunisie

           Membres du Bureau Directeur :

-          Hafedh Bensalah, Universitaire Ex-Ministre de la Justice du gouvernement provisoire tunisien,

-          Rachid Hamed, Past Directeur Administratif et financier.

-          Habib Soussi, 

 

                                    Commission Jeunes :

-             Mohamed Yassine Nasri (Tunisie),

-             Hanen Ben Najem (Tunisie),

-             Moncef Jaballi (Tunisie),

-             Moez Bassalah (Tunisie).

 

Enfin, de nombreux adhérents des différents pays méditerranéens soutiennent l'association. 

 

 

Infos sur

Mediterravenir.org est une association créée en France en 2006 et active en Tunisie et en France depuis 2012 sous la conduite de sa présidente, Mme Fatima Ben Soltane, et une équipe professionnelle, interculturelle et intergénéra-tionnelle. Un  projet de
création est en cours en Espagne et en Algérie.

Mediterravenir sur tweeter

Mediterravenir Les associations de femmes tunisiennes appellent au retrait d'une circulaire de 2013 qui les empêche d'épouser un non-musulman
Mediterravenir video Femmes du sud, femmes du nord, osons la réussite en ligne sur le site www.https://t.co/rPs8N5s8hU
Mediterravenir RT @KonbiniFr: Vidéo : l’Unicef alerte sur les 15 millions de mineures mariées de force chaque année https://t.co/9x5tbIw6GP https://t.co/K

Connexion