Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a lancé ce dimanche 13 Aout 2017, le débat sur le sujet délicat de l'égalité entre femmes et hommes en matière d'héritage, et l’interdiction d’une tunisienne d’épouser un non musulman ,jugeant que son pays se dirigeait inexorablement vers l'égalité "dans tous les domaines".

Le chef de l'Etat s'exprimait à l'occasion de la "Fête de la femme" en Tunisie, qui célèbre tous les 13 août la promulgation en 1956 du Code du statut personnel (CSP), un texte qui a accordé plusieurs droits aux femmes et aboli la polygamie et la répudiation.

La Tunisie est depuis considérée comme pionnière dans le monde arabe en matière de droits des femmes, même si ces dernières continuent d'hériter généralement uniquement de la moitié de ce qui revient aux hommes, comme le prévoit le Coran.

Le Président  a aussi annoncé avoir demandé au gouvernement de retirer une circulaire datant de 1973 et empêchant le mariage des Tunisiennes musulmanes avec des non-musulmans.

Ces réformes sont le fruit d’un long combat mené par les femmes en Tunisie

 L’égalité dans l’héritage et dans le mariage …..
Par cette égalité la Tunisie s’ancre plus dans sa modernité et donne l’exemple 

Fatima-Zohra  Malki -Bensoltane 
Présidente de Méditerravenir 
Membre fondateur et vice présidente  Fondation Dialogue sud-nord (Bruxelles)

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn

Infos sur

Mediterravenir.org est une association créée en France en 2006 et active en Tunisie et en France depuis 2012 sous la conduite de sa présidente, Mme Fatima Ben Soltane, et une équipe professionnelle, interculturelle et intergénéra-tionnelle. Un  projet de
création est en cours en Espagne et en Algérie.

Mediterravenir sur tweeter

Connexion