Par Fatma Zohra Malki Bensoltane

PAST Directrice nationale de la formation Féminine

Présidente fondatrice de Mediterravenir, Consultante

Différents symposiums nationaux ou régionaux sur la femme arabe et le développement ont foisonné et continuent. Leur action s’inscrit dans un processus de « visibilisation » de la femme arabe, de son action et de son devenir. Ce type de rencontres a, à notre avis, une résonnance particulière, qui dépasse les objectifs qui leur sont assignés.

 En effet, poser le problème de la condition féminine arabe, en termes de développement n’implique pas toujours la résolution rapide et totale du problème en raison des contraintes, des enjeux et des types de gouvernance.

Toutefois, ceci induit immanquablement une prise de conscience, une sensibilisation au problème par les hommes et les femmes, et l’acceptation de l’idée de changement de la condition féminine. C’est là, à notre avis l’acquis sûr, du travail sur les mentalités, préalable à celui opérationnel sur les terrains.

Les rencontres qui débattent de la condition de la femme arabe, les mesures qui sont prises en faveur de celles-ci, sont à inscrire (dans le cadre du processus lent de mutations culturelles et sociologiques) plus sur le compte, des acquis sûrs pour les générations montantes, que sur celui des acquis certains pour les femmes d’aujourd’hui (à l’exception de certains cas comme celui tunisien, des acquis juridiques et des traditions féministes de ce pays).

C’est ainsi que vont les mouvements sociaux et de l’histoire ou des hommes et des femmes préparent l’avenir des autres. N’est-ce pas la forme la plus expressive, de la citoyenneté, du sens civique, de la générosité humaine, où les femmes ont leur mot à dire, et décident enfin !

C’est cette question de la participation des femmes à la prise de décision, qui nous parait décisive pour un véritable changement, et la réussite de l’intégration de la femme au développement.

Les exemples sont là, ailleurs, en pays Nordiques, où le développement et la paix durables dans ces pays sont le fait aussi et surtout, d’une forte participation des femmes à la prise de décision, et à la gestion des affaires publiques.

Visibilisation, puis conscientisation (ou l’inverse), puis participation à la prise de décision, et enfin action sur le terrain sont à notre avis les étapes nécessaires à la réussite de l’intégration de la femme arabe au développement. Car le problème de la femme arabe se pose en termes spécifiques ; ce problème réfère à plusieurs autres, tel que celui du culturel, du religieux, du choix, du concept de modernité, du projet de sociétés etc. et exige de ce fait d’autres approches qui tiennent compte plus profondément de l’endogène.

Aussi les rencontres sur la condition de la femme arabe, quelque soit les suites qui leur sont données, sont un acquis dans le travail de changement des mentalités, condition incontournable pour la promotion des hommes et des femmes en pays arabes.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to LinkedIn

Infos sur

Mediterravenir.org est une association créée en France en 2006 et active en Tunisie et en France depuis 2012 sous la conduite de sa présidente, Mme Fatima Ben Soltane, et une équipe professionnelle, interculturelle et intergénéra-tionnelle. Un  projet de
création est en cours en Espagne et en Algérie.

Mediterravenir sur tweeter

Connexion